Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Among Other Trees

Un blog sur mon quotidien à l'étranger - My Blog on my daily life abroad

Yokohama : La promenade des Japmoureux

Publié le 6 Janvier 2017 par Bobbie in Découverte, Culture

Me voilà à écrire l'article de mon dernier jour entier au Japon. On est le 6 Janvier et j'essaie de penser à profiter un max de l'ambiance japonaise. Plutôt que de rester dans les tourbillons de Tokyo qui m'auraient, certes, tourner la tête et fait passer la journée en un claquement de doigt, j'ai préféré les recommandations de me rendre à Yokohama.

Yokohama est une ville qui ne cesse de se construire au Sud de Tokyo et qui donne sur sa baie. Modernité est le mot qui me frappe dès que je sors de la rame de métro. Les quais, la station et les buildings ne me paraissent pas vieux. J'ai dû mal à croire à un passé plus traditionnel dans ce bout de ville.

Populairement, ce coin est connu pour sa marche le long des quais et son parc d'attraction Cosmoworld. Pour les touristes, il y a le Chinatown de Tokyo et pour les citoyens, de nombreux parcs et temples.

Je suis venue idéalement pour le Chinatown. J'avoue avoir espéré rencontrer des boutiques traditionnelles comme j'ai pu en rencontrer à Vancouver. Cependant, je me suis heurtée à un quartier purement créé pour les touristes. Bien sûr, les origines du quartier remonte au siècle précédent et à l'essor du commerce mais cette histoire-là, outre les bâtiments, cela a disparu. Au lieu de ça, restaurants chinois, boutique de Omigaye et vente de gros produits-clichés de Chine sont ce que j'ai vu généralement dans ce quartier. Pour manger, on est au bon endroit. Pour trouver des produits chinois chinois...c'est pas ça. Je n'ai même pas rencontré une boutique comme les frères Tang qui vend des aliments d'Asie et un fatras de divers produits.

Déception que je compense avec un bun vapeur à la confiture de sésame noir et à la châtaigne, tiens ! ( C'est boooooooooooooon, Miam).

Yokohama : La promenade des JapmoureuxYokohama : La promenade des Japmoureux
Yokohama : La promenade des JapmoureuxYokohama : La promenade des Japmoureux

Me rapatriant sur les temples, je ne suis pas déçue. Ni plus enthousiasmée. Il y a trop de fanfreluches en décoration et il me manque mon rail de fumée d'encens. Mais il n'en reste pas moins que ces temples sont beaux et accessibles. 

Evidemment, les deux ont leur lot d'histoire. 

Kantei-byo est, géographiquement dans le Chinatown, au croisement des rues qui relient les 4 portes principales. Il est dédié à Kanwu, un héros chinois qui apparait aussi dans le roman datant du XIVe siècle : La Romance des Trois royaumes de Luo Guanzhong. On y voit sa tête aussi. Fin bon : on voit sa personification en statue dans le temple.

L'autre temple que j'ai pu voir est celui de Masobyo. Même s'il parait aussi rutilant que le précédent, lui, à bel et bien été construit en notre ère ( 2006 ). Il est dédié à Ma Zhu qui est une déesse de la mer protégeant les marins. Ca m'étonne même pas qu'inconsciemment, j'ai voulu y entrer. Mais comme toujours, je m'abstiens de quoi que ce soit. Je jète un coup d'oeil à l'intérieur de la rotonde pour découvrir le même excès de décor. Comme il n' y a ni jardin, ni une histoire particulière, la visite ne dure pas longtemps.

Il y a bien une chose dont je ne m'attendais pas dans ce bout de ville, c'était les prédictions à partir des lignes de la main. Des stands dans la rue ou des chiromanciennes dans une salle sont consultés pour savoir son avenir. Et ils ne manquent pas de boulot quand on voie la queue d'attente en dehors du magasin.

Yokohama : La promenade des JapmoureuxYokohama : La promenade des Japmoureux
Yokohama : La promenade des Japmoureux

Je sors rapidement du quartier pour l'air frais du bord de mer. Il y a un grand parc plus au Sud avec des maisons types américaines et sans doute un parc qui attend l'arrivée du printemps.  Je me passe donc de voir celui-ci et vire au parc de Yamashita, dont une grande promenade  longe le bord. A cette heure de la journée, ce sont beaucoup de femmes au foyer avec des enfants, trop jeunes pour être à l'école, qui jouent. J'ai dû croiser un couple de jeunes amoureux qui devaient faire l'école buissonnière pour roucouler en tranquillité et beaucoup de personnes âgées

La marche est chapelé par la grande roue du parc Cosmoworld. Cette roue sert de phare dans ce port de commerce tant elle dénote avec les buildings environnants. Cette marche est sympa car une fois encore, entre les vols rase-têtes des mouettes, je peux suivre un bout de vie des japonais, les observer ( mais non c'est pas des animaux sauvages. tout au contraire, je dirais que c'est moi la zébu) et tomber sur des petits moments de bonheurs.

Au bout de ce long chemin qui vous fera aussi passer devant les entrepôts de Aka-Renga Soko ( un lieu qui transitait les biens issus des échanges commerciaux avant la seconde guerre mondiale), il y a ce trois-mâts qui me rappelle le logo de la marque de biscuits Bourbon-Alfort  (Après des recherches, j'ai vu que l'industrie de conception se trouve dans la préfecture de Niigata, et donc que le bateau n'a aucun rapport avec le biscuit). En réalité il s'agit du Nippon Maru qui servait de navire d'entrainement au début du XXe siècle et qui est, à présent retraité, ouvert au public.

Yokohama : La promenade des Japmoureux
Yokohama : La promenade des JapmoureuxYokohama : La promenade des Japmoureux
Les Pocky, une raison de vivre

Les Pocky, une raison de vivre

De là, je me dirige vers une petite colline où j'ai repéré un sanctuaire et un temple sur le plan. Le Sanctuaire Iseyama Kotai-jingu, sur le flanc de colline, est décrit comme un lieu religieux construit dans un but politique. D'après ce site, comme Yokohama était un peu le lieu d'installation des étrangers dont les occidentaux, le christianisme risquait de s'étendre sur la région ( on est en fin du XIXe s). Cette religion est mal vu par les autorités japonaises et a été plus ou moins banni au XVIIe siècle. Pour superviser l'essor potentiel du christianisme, le sanctuaire a été construit. Le Kami (l'esprit) de ce lieu est Amaterasu, un ancêtre de l'empereur et aussi un dieu du Soleil. Bref aujourd'hui, c'est vrai que le Japon a des églises, et que les mariages chrétiens enthousiasment les japonaises pour leurs allures pompeuses et la cérémonie autour. Cependant, le pays reste largement influencé par le bouddhisme et le shintoïsme.

En contrebas de ce sanctuaire se trouve le temple Narita-San. Comme le précédent, il y a des célébrations dont je suis incapable de décrire la raison. Beaucoup d'hommes en costard et aucune personne en habit traditionnel. Ca se sent qu'on est Vendredi. Les Japonais ont repris le boulot ou les cours (comme le prouve de nombreux étudiants en uniforme).

Sanctuaire Iseyama Kotai (gauche) et Temple Narita-san (droite) [Internet photo]Sanctuaire Iseyama Kotai (gauche) et Temple Narita-san (droite) [Internet photo]

Sanctuaire Iseyama Kotai (gauche) et Temple Narita-san (droite) [Internet photo]

Je termine cette journée en repassant par le quartier de travail de Cécile. La promenade est vraiment agréable et elle me rengorge de précieux moments d'ambiance japonaise ce que n'avait pas trop fait Yokohama. Les gens dans la rue, les konbini ou ceux qui transitent entre leur boulot et chez eux. Je m'y sens bien et je sens déjà la nostalgie pointée le bout de son nez.  Je refoule tout ça en cherchant en vain les boutiques que l'on avait visité la première fois que Cécile m'y avait amené. Finalement j'abandonne et trouve tant bien que mal son lieu de travail.

Petit bonus de ce passage, j'ai appris ce que signifiait mon prénom. Il peut s'écrire en syllabe : Mo et Ran. Ces syllabes ont des kanjis associés : L'orchidée et l'algue verte. J'avoue que ça me plait et fait rire.

J'accepte avec joie mon baptême japonais !

Commenter cet article