Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Among Other Trees

Un blog sur mon quotidien à l'étranger - My Blog on my daily life abroad

Canada : Moi? Je vis sur une île...et toi?

Publié le 23 Août 2015 par Bobbie in Canada, Bouffe

Parce que Samedi, ça ne rime pas avec rando mais 'party' (mais dimanche non plus, soi-disant passant...mais faut bien faire une intro), voici une journée plutôt très agréable :

Un collègue du bureau, Lucas, organise chaque année une fête chez lui. Ses amis, ses collègues, leurs enfants, leurs chiens, les amis de ses amis, les amis de ses collègues sont conviés pour une journée entière (par journée, j'entends: de 12h Samedi à 17 h Dimanche) à faire la fête, se détendre, boire, manger auprès du BBQ, reboire, fumer et re reboire.

Sérieusement, j'ai bu de la bière (qui vient des brasseries de Vancouver) à la place de l'eau et je l'ai sérieusement senti le lendemain matin.

Mais le Must de la fête, c'est qu'elle se déroule sur une île. une ILE! (Bon sang!).

Lucas vit sur cet îlot avec sa maison qui envoie du pâté (parce qu'elle est plus cool que chic), pas loin du quai ( - de 5 min en bateau, 5 min à la nage) en plein milieu d'une crique calme encadrée par des montagnes. L'eau? Limpide. Voisins? AUCUN!

C'est le pied!

L'île en soi est un gros caillou. Pas de plage de sable mais des galets en granite recouverts par des bernicles bousillant la voûte plantaire ou alors des coquillages concassés naturellement. Pour les pieds, c'est dangereux. Peut être l'unique concession de vivre sur une île: Respecter l'environnement sauvage.

Lucas est un homme de la mer, pas à faire la ménagère et à entretenir son jardin. L'île est un roc. De plus, avec la végétation qui s'y est installée, on comprend que faire pousser des patates, c'est pas recommandé.

Les oies font aussi parti du tableau sauvage. Elles sommeillent sur les roches qui servent de plage quand le soleil est couché. Donc là où tu veux étendre ta serviette, tu dois d"abord vérifier qu'il y a pas un caca d'oie. Mais on peut pas se plaindre hein!?

Pas mal d'avoir deux plages pour soi : une pour le matin, l'autre pour le soir
Pas mal d'avoir deux plages pour soi : une pour le matin, l'autre pour le soir
Pas mal d'avoir deux plages pour soi : une pour le matin, l'autre pour le soir

Pas mal d'avoir deux plages pour soi : une pour le matin, l'autre pour le soir

L'après-midi a consisté à se prélasser au soleil. Pour les plus courageux, se baigner (je en suis pas courageuse) était une activité. Il y avait moyen de sauter d'un rocher de 13 m aussi, mais ça il faut avoir le courage de rentrer dans l'eau froide (ce que je n'ai toujours pas). D'autres ont fait du Stand Up Paddle et j'avoue qu'en faire pépère autour de l'île, ou de s'étendre dessus en face de ceux qui cherchent une place entre les défécations d'oies, c'est un petit plaisir personnel. Ca et le doux bercement des clapots aussi.(Oui, j'ai fait du Stand Up Paddle)

Mon autre loisir de la journée: faire du canoé jusqu'à une autre île voisine par deux fois.

Une fois avec Ana, sous le soleil, la lumière s'infiltrant dans l'eau et mettant en valeur les fonds. La mission : ramener une méduse.

Lucas travaille dessus. Il a même un aquarium tout prêt qui attend un nouvel habitant. Alors branle-bas de combat, quand Ana remarque un troupeau sous-marin, et que je te sors l'épuisette, et que je t'attrape le truc, et que je remplis le seau d'eau de mer en m'en versant la moitié dessus....mais au moins la mission est accomplie. Le plus dur de l'activité? Sans doute sortir le seau supra lourd du canoé supra instable sans tomber à la renverse. Evidemment si j'en parle, c'est que je suis effectivement tombée et je me suis retrempée le froc.

La récompense? Voir Lucas verser cette méduse (de x#!@hek!) dans l'aquarium et d'y plonger la main sans réticence pour enlever des filaments apparemment sécrétés par la méduse même.

Ok.

OK !

Non mais en fait, la méduse, elle est aussi inoffensive qu'un chihuahua en colère.

La méduse moon Aurelia auritaLa méduse moon Aurelia aurita

La méduse moon Aurelia aurita

Le second tour de Canoé, avec Marie. Après s'être rempli l'estomac de notre pitance, une petite balade digestive n'était pas de refus.

Alors hop, on retourne vers l'île voisine. Cette fois-ci la lumière est altérée. Le soleil s'est couché. La mer est d'huile, et les yachts restent au bercail. Le bruit? Celui des rames dans l'eau. C'est super relaxant. Le plus ? Les étoiles de mers par dizaines, les bancs de petits poissons s'égayant quand le soleil ne les dévoilent plus aux prédateurs....

Ca...Je suis assez contente d'avoir demandé le canoé. Bonne initiative même.

A l'origine, ce sont deux gaillards qui l'avaient désamarré pour aller récupérer les paniers à crabe inaccessibles depuis le ponton. Crabes de Dungeness que nous avons par ailleurs déguster le soir-même, et c'est vraiment pas dégueu (le goût et la fraicheur de la chair : le pied) Ah et puis attention hein ! Si c'est pas un mâle qui mesure la taille limite, la bestiole est relachée! Si c'est pas durable tout ça !

Qui sait qui va manger trop bien?Qui sait qui va manger trop bien?
Qui sait qui va manger trop bien?

Qui sait qui va manger trop bien?

Autre produit de la mer pour le repas : des rockfish : des poissons de fonds à la chair tendre et légèrement gouteuse. Ils proviennent de la campagne que Shannon avait effectué quelques semaines plus tôt.

Succulent poisson avec légumes de ferme cuit sur le BBQ...Un BBQ de luxe je peux conclure !

La team en soirée, c'est pas boire et boire et boireLa team en soirée, c'est pas boire et boire et boire
La team en soirée, c'est pas boire et boire et boire

La team en soirée, c'est pas boire et boire et boire

Commenter cet article