Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Among Other Trees

Un blog sur mon quotidien à l'étranger - My Blog on my daily life abroad

Canada : Les plus belles déclarations de presque inconnus

Publié le 31 Août 2015 par Bobbie in Canada

Aujourd'hui, Dimanche 30 Aout, j'ai vécu quelque chose de plus puissant que ce que j'ai pu vivre en initiation au Chamanisme : mon coeur a fondu...Comme neige au soleil, comme les surgelés au micro-onde, comme glace au noix et sirop d'érable...

Non, je suis loin d'être tombée amoureuse, stupid things quand on y pense car je pars dans 2 jours...Mais tout d'abord :

Aujourd'hui, je me réveille, 6h30, sans électricité. Depuis la veille, 14 heures, une coupure de courant emmerde 530 000 citoyens de Vancouver (et Vancouver Seulement). LA raison? Apparemment l'une des plus puissantes tempêtes de vent essuyée douloureusement depuis 10 ans. Des brises de 90 km/h se sont engouffrées dans les rues droites de Vancouver. J'ai pas trop compris pourquoi 90 km/h c'était considéré comme une tempête. Moi, un souffle comme ça, je m'amuse tout simplement à faire Mary Poppins (je sais, c'est pas bien d'être téméraire). M'enfin bon, pas mal d'arbres sont tombés (dont un dans une rue voisine), des branches jonchent trottoirs et rues, et des feuilles par milliers gondolent dans les caniveaux. Un véritable déluge. Des feux de routes qui ne marchent plus (mais grosse surprise : le traffic s'organise PROPREMENT entre véhicules)

Toujours est-il que je n'ai pas d’électricité pour cuisiner, ni pour voir...ni pour rien en fait.

Il est 8h00 du matin et je file pour une rando de 15 km à Belcarra. Rando très simple, pas d'élévation, et récompense : une vue sur la mer. Le chemin est ravagé par la tempête de la veille : un paquet de feuilles arrachées et des troncs d'arbres qui barrent le sentier. Ca donne une explication aux arbres couchés dans les forêts ! Ce sont simplement les débris d'un coup de vent un peu plus fort que les autres.

Bref, il est 9 h 30 du matin et j'entame ma dernière rando canadienne sous un temps clément. La rando suit un chemin de gravier. Rien de compliqué. Nous suivons d'abord un lac (eaux limpides, tièdes, fonds propres, vous devez connaitre le refrain à force) pour ensuite tomber sur une marre et atterrir au Bord de l'eau exactement en face de l'île où j'ai fait la fête une semaine auparavant.

Le chemin/ Les problèmes sur le chemin / LA mare/ Hedda: 'Morane, toujours optimiste même en cueillant 3 pauvres mûres'Le chemin/ Les problèmes sur le chemin / LA mare/ Hedda: 'Morane, toujours optimiste même en cueillant 3 pauvres mûres'
Le chemin/ Les problèmes sur le chemin / LA mare/ Hedda: 'Morane, toujours optimiste même en cueillant 3 pauvres mûres'Le chemin/ Les problèmes sur le chemin / LA mare/ Hedda: 'Morane, toujours optimiste même en cueillant 3 pauvres mûres'

Le chemin/ Les problèmes sur le chemin / LA mare/ Hedda: 'Morane, toujours optimiste même en cueillant 3 pauvres mûres'

C'est ici que je reçois le premier et sans doute le plus beau discours de ma vie par l'organisateur qui est sensée être peu impressionnée par les randonneurs qui l'accompagne lors de ses meet up. Elle me parle d'un fait qui pour moi est des plus banal et n'est qu'une simple conséquence de ma curiosité mais qui pour elle, l'a laissé 'dumb'. Hedda en connait un rayon sur les plantes. Elle est même gentimment surnommée l'encyclopédie des plantes ambulante (walking encyclopedia). Lors de ma première rando avec elle (Bear Mountain), elle nous a montré plusieurs plantes...et ma curiosité lui a demandé si certaines avaient des capacités médicinales, un usage particule, une anecdote quoi. Ce simple fait l'a impressionné. Et le fait que je m'intéresse à tout et que je cherche de l'information, du détail partout où je vais. Elle montre donc une photo d'un trillium que nous avons croisé sur le chemin et m'explique sa recherche : racine et feuilles peuvent se manger.

Elle tourne ensuite la photo pour une autre, où j'apparait avec un dazzling sourire qu'elle me souhaite de garder car il me reflète entièrement : croquer le moment à pleine dent. Je suis profondément émue parce ce discours et si j'avais pas les yeux aussi secs, j'aurais sûrement pleuré.

Tel un belcadère: Belcarra
Tel un belcadère: Belcarra
Tel un belcadère: Belcarra

Tel un belcadère: Belcarra

Retournons à la rando :

De Belcarra nous allons jusqu'à Admiral Point pour un panorama et puis, tant qu'à faire, autant aller jusqu'à l'autre point de vue, 1 km plus loin ! C'est cool de gambader dans la forêt, toujours plus, toujours plus loin. Pour revenir même chemin. Sauf que pour retourner au parking par un raccourci, on prend un pont flottant (mon premier !). Des gaillards plongent depuis les passerelles, des sportifs nagent des longueur du lac (1 km, eh !), d'autres ne font que papoter.

Et puis voilà. Fini. On est sur le Parking. 18k comme si c'en était que 10k...bon sang ! Je vais m'ennuyer en France !

Près de la mer et de lac, entre cheeze mushroom et eaux tièdes.
Près de la mer et de lac, entre cheeze mushroom et eaux tièdes.Près de la mer et de lac, entre cheeze mushroom et eaux tièdes.
Près de la mer et de lac, entre cheeze mushroom et eaux tièdes.

Près de la mer et de lac, entre cheeze mushroom et eaux tièdes.

Non mais c'est pas encore fini en fait. Après cette longue rando, nous faisons un tour à un bistrot/pub de Port Moody. De quoi avoir un lunch décent pour ceux qui comme moi, n'avaient pris que des snacks pour la rando. D'ailleurs, c'est l"heure du goûter. Je suis incapable de leur dire que pour moi, autant avoir une gourmandise qu'un vrai repas sachant que le vrai repas allait arrivé dans 3 heures. Et donc prendre un CheeseCake (encore) m'apporte de gentilles moqueries. Bah ouais. Et puis c'est mon dernier cheesecake! Ceux en France, ils sont trop dégueu pour que j'en achète un. Et puis comme ça je peux comparer sur ma liste de tous les resto où j'en ai pris un et décerner la médaille d'or.

Bref...après une pilsner (bière), c'est rééllement fini. Le retour se fait avec Michael, un autre organisateur que j'apprécie énormément et qui me fait un discours aussi dans le car où je rougis jusqu'aux oreilles. Que répondre face à tant de gentillesse et de mots véridiques?

Bah rien.

Canada : Les plus belles déclarations de presque inconnus
Commenter cet article