Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Among Other Trees

Un blog sur mon quotidien à l'étranger - My Blog on my daily life abroad

Canada : Challenged accepted!

Publié le 4 Août 2015 par Bobbie in Canada

Helloooooooo!

Ca fait un baille n’est-ce pas? Alors, comment ce fasse-t-il que je ne néglige pendant 2 semaines mon blog?

Réponse A:

  • Ma vie est tellement passionante à Vancouver que j’ai plus un instant pour aller sur Overblog?

Réponse B

  • Je suis tellement à bosser sur mon PC que j’ai plus un week-end pour moi et aller aux endroits magiques du Canada.

Je dirais que la réponse est un mix des 2. Je profite le soir et les week-ends, je stresse le jour, et je m’éclate toujours.

Ces deux dernières semaines, même si je n’ai pas eu de rando pour cause d’annulation de dernier moment, je me suis quand même bien éclatée…avec entre autre :

  • Un repas chinois, fait par une vraie chinoise sous mes yeux (pour grabber quelques astuces, tu vois? Parce que la cuisine chinoise et moi, pour l’instant ça a été un vrai carnage sur le champ de bataille)
  • Des confitures, des confitures, des tartes, des confitures, des cakes, des confitures de mûres sauvages…pArce qu’ici, je répète, elles ont l’American Size !
  • Des cocktails de Rhum, je me demande encore ce que je fous ici, et ne suis pas partie au Venezuela, Cuba, où sais-je encore, avec Lola et Romain dans un bar où si, toi, lecteur tu vas à Vancouver un jour dans ta vie (sors le calepin et le stylo) : TU DOIS ABSOLUMENT TE RENDRE :

le CALABISH !

Situé dans une rue, qui ne fait pas bon d'attendre (vous savez, les cas sociaux de la rue Hasting? bah la rue n'est pas loin), où on me demande si je suis pas un flic en civil pendant que j'attends mes deux compères de beuveries (j'ai l'air d'un flic, sérieux?), ce bar est un joyau !

Ambiance tropicale, serveurs et serveuses très attentifs, sympathiques et d'un charme à la couleur café, cocktails fait avec du rhum que tu n'oserais même pas t'acheter...C'est un délice !

Un troisième verre n'aurait pas été de refus mais nous avions planifié de voir le feu d'artifice n° 1 de 'Celebration of the light' un évènement qui se passe chaque année, avec 3 feux d'artifice présentés par 3 pays différents. Le premier était de la Chine. Bah vraiment....C'était pourri. et non pas parce que j'aime pas les Feux d'artifices, mais parce que c'était risible dans tous les sens :

  • Musique déprimante même pas synchro
  • Epoustouflant? Que nenni, même en France on en fait des plus jolis
  • des smileys et des coeurs en pétard = hilare pendant 1 minute tellement c'est pathtétique.

Bref...j'ai pas aimé.

Puisque Lola semble pas un pète gênée, OK je me fais plaisir. Avec quelques centiLitres bus, il fallait forcément que ça se termine dans la vessie. La joie de ce feu d'artifice? Un fou rire douloureux à se retenir pendant ce fameux feu d'artifice. Puis ensuite le culot indéniable dont je fait preuve depuis que je suis au Canada...: Demander au mec qui vient de pisser et qui, à présent,agréablement soulagé stagne près du lieu idéal pour être discret, de nous laisser un peu d'intimité pour qu'on puisse faire pareil que lui...Bah il a vite compris...Il est gentil ! <3

Venons en maintenant au coeur de l'article :

Deux sommets visibles depuis Vancouver : I did it =)

WARNING : TOUTES les photos proviennent des autres randonneurs

Samedi, je suis enfin partie en rando...

The Lions : 1 k d'élévations, 17 km...on a commencé à 7h30, on a terminé il était 18h...

Classification : Difficile.

C'était une de mes rando sur ma to-do liste. Une rando éprouvante qui allait mettre ma détermination en cause et ma forme physique aussi.

Ces sommets : Les Lions, ou les Sisters, sont visibles depuis Vancouver, et le nombre d'accidents qui a pu s'y passer n'est pas négligeable.

Pourtant, la rando commence par un chemin de pierres, qui grimpe, certes, mais il n'y a rien de technique, ni de dangereux...C'est juste une petite mise en condition avant la véritable épreuve, mais c'est aussi là où j'ai bizarrement le plus souffert. Tout se passe pourtant sous le couvert des arbres, à l'abri du soleil qui commence déjà à taper bien fort.

Dans la forêt, une calme atmosphère, des myrthilles sur le chemin, puis une ouverture : vue sur West LionsDans la forêt, une calme atmosphère, des myrthilles sur le chemin, puis une ouverture : vue sur West Lions
Dans la forêt, une calme atmosphère, des myrthilles sur le chemin, puis une ouverture : vue sur West Lions

Dans la forêt, une calme atmosphère, des myrthilles sur le chemin, puis une ouverture : vue sur West Lions

Après avoir franchi un cours d'eau, c'est là que tout commence :

le chemin se transforme en sentier qui disparait avec les rochers, les racines et les troncs d'arbres tombés. La pente prend du coefficient, et nous sommes très vite à faire les chèvres de montagnes sur les flancs de la Montagne. Mais encore une fois, rien de techniques, pas dangereux...Ce sont juste les cuisses qui commencent à prendre de la bouteille.

Le groupe est en forme. En dépit de la difficulté de la rando, nous avançons vite. Moi qui m'attendait à être un poids, j'arrive assez vite à suivre le pas, au milieu des 13 personnes.

Juste une personne est plus lente que les autres...et si parfois, l'attendre pendant 10 minutes-15 minutes était agaçant, ça faisait vraiment du bien de faire des pauses.

Nous arrivons à un premier pallier après avoir rampé sous des arbres morts, attraper des rochers, arbres ou racines pour se supporter et s'être assurés que nos appuis étaient suffisamment stables. Ce pallier donne sur l'Ouest et le Nord où une première vue à couper le souffle s'étend :

Au bord de la falaise, on peut admirer les montagnes et la vue sur le West Lions. De l'autre côté, une vue sur la Sunshine Coast
Au bord de la falaise, on peut admirer les montagnes et la vue sur le West Lions. De l'autre côté, une vue sur la Sunshine Coast
Au bord de la falaise, on peut admirer les montagnes et la vue sur le West Lions. De l'autre côté, une vue sur la Sunshine Coast

Au bord de la falaise, on peut admirer les montagnes et la vue sur le West Lions. De l'autre côté, une vue sur la Sunshine Coast

C'est ici que l’ascension devient plus délicate. Nous sommes à découvert, sur des rochers, si tu as pas d'eau à boire régulièrement, tu peux déjà amicalement parler à l'oeuf au plat qui cuit en même temps que toi sur le rocher voisin.

Ce n'est pas si raide que ça, mais le chemin est très irrégulier, avec des cailloux qui peuvent bouger sous tes chevilles. 'fin si, y a des parties qui ressemblent un peu à de l'escalade que tu peux faire dans la forêt de Fontainebleau. Mais toujours pas de problème physique pour faire ce genre de rando : juste une bonne forme et un tas de motivation.

Des cailloux, des cailloux encore des caillouxDes cailloux, des cailloux encore des cailloux
Des cailloux, des cailloux encore des caillouxDes cailloux, des cailloux encore des cailloux
Des cailloux, des cailloux encore des caillouxDes cailloux, des cailloux encore des cailloux

Des cailloux, des cailloux encore des cailloux

Nous arrivons enfin à un col qui est la jonction de plusieurs chemins. Celui dont nous arrivons, celui du prolongement de la randonnée St Mark. Dans un cas nous pouvons aller à West Lion, dans l'autre, Unecessary Mountain, qui comme son nom l'indique, est vraiment pas nécessaire (source : les randonneurs).

C'est la dernière partie de la rando et la plus magnifique aussi.

Sur la crête, on a deux vues...et le chemin sous nos pieds est celui de roches plates qui s'il pleuvait, serait sûrement glissantes.

La vue, les rochers et les falaises + moi avec East Lions Derrière
La vue, les rochers et les falaises + moi avec East Lions DerrièreLa vue, les rochers et les falaises + moi avec East Lions Derrière
La vue, les rochers et les falaises + moi avec East Lions Derrière

La vue, les rochers et les falaises + moi avec East Lions Derrière

L'arrivée à la fin de la rando est un blessing ! Deux magnifiques vues, un rocher confortable pour dormir calée, et une exposition au soleil digne de la plage. Arriver jusque là est ma fierté. Et j'en suis bien contente !

La vérité est que la randonnée à une dernière partie...celle où 90 % des accidents se passent : le sommet.

Il y a bien des marques montrant le chemin...mais le chemin est un mur de 80% de pente sans échelles, ni cordes, ni rien. Juste ta force, ton courage et ton self-contrôle. Sur 100 m, tu escalades la falaise avec rien d'autre que la mort si tu fais le moindre faux pas, glissades, ou inattention.

Non je ne l'ai pas fait. Raison principale : la Logique. Si je grimpe ce truc, je en pourrais pas redescendre ensuite tout ce qu'on aura pu faire avant. Je préfère économiser mes forces.

Après coup, je me dis que je ne l'aurais sûrement pas fait sans sécurité. Je suis du genre à avoir des bouffées de nervosités, d'excitations ou d'adrénaline qui me rendent totalement blanche d'esprit. Vous savez le bourdonnement qui vous rend sourd à tout autres choses? Les battements de coeurs effrénés qui vous rendent un moment dizzy? Bah voilà. Je n'aurais pas su vaincre ça. Sans compter mon niveau. Je viens juste de me lancer dans la rando canadienne, c'est pas comme si j'avais déjà fait une multitude de rando difficiles avant ça!

Bref, cela aurait été vraiment téméraire de ma part de continuer, et j'y serais sûrement restée...Cependant, 3 mecs l'ont fait et leur photo sont superbes (même si la vue est pratiquement la m^me).

Canada : Challenged accepted!Canada : Challenged accepted!
Canada : Challenged accepted!Canada : Challenged accepted!

Le retour est plus rapide même si nous attendons encore la même personne avec ses pics dont elle ne sait même pas se servir et qui la gène plus que tout pour descendre.

La descente est par le même chemin même si cela parait différent.

La descente de la partie rocheuse est précautionneuse mais fun...

La descente sous le couvert végétal : je vole sur le chemin (NDA, je suis plutôt en tête avec l'organisatrice), parce que de toute façon, je peux toujours glisser sur le cul pour franchir un obstacle.

Nous nous arrêtons au bord du cours d'eau pour un rafraichissement bienvenu puis reprenons le chemin ennuyeux qui ne parait pas s'en finir. Tellement ennuyeux que cela devient douloureux. Je finis cette rando vidée d'énergie mais j'ai toujours une petite réserve pour la finir en courant avec le deuxième organisateur qui comme moi, en avait marre de retenir sa descente en marchant.

Bilan ; Je suis toujours en un seul morceau, la rando n'est pas si difficile qu'elle en a l'air et j'ai besoin d'un fauteuil roulant le lendemain!

Commenter cet article
L
Un certain passage rigolo du feu d'artifice a été oublié ;)<br /> En tout cas je valide la rhumerie et je te souhaite bon courage pour Garibaldi, last rando de la to-do list ? :)
Répondre