Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Among Other Trees

Un blog sur mon quotidien à l'étranger - My Blog on my daily life abroad

Canada : Bear it !

Publié le 10 Mai 2015 par Bobbie in Canada

A l'intention de ma Mamie (et toute autre personne qui ne parle pas Anglais ) 'Bear it' veux dire 'Supporte-le'. Si l'expression apparait ici, c'est aussi pour le fait que j'ai fait Bear Mountain (La montagne des ours) et comme 'bear' = 'ours', j'ai fait un jeu de mot.

Vendredi, c'est fat Day...et comme tous les vendredis, un truc que je mangerais pas tous les jours (mais qui est bon à s'en taper les fesses par terre) !

Ce vendredi après avoir, mal m'en pris, refuser la bière hebdomadaire malgré l'assistance de mes collègues, ce fut Corn Dog. Ou Pogo. Et non d'un Hot Dog...c'est pas mal !

C'est plutôt apprécié ici, même si rarement, les gens les cuisinent (et moi non plus d'ailleurs). C'est une sorte de Knacki, parfois fumé, enfilé sur un batonnet et enrobé d'une pâte à frire épaisse et qui croustille en même temps que cela fond sous la dent quand tu croques dedans

(Esprit pervers....bear it*!)

Et cela accompagné d'oignons frits...miam. Juste Miam. Pourquoi, nous, Français déplorables à la gastronomie diverse et appréciée, se cantonne-t-on à des frites ? (Ok des frites de patate douce, rarement). Ici ils ont des carottes, des oignons, des patates douces, des...

Bon ok, en fait ils font tout frire (parce qu'ils aiment le gras apparement).

Et si tu te plains du gras, bear it* juste une fois et tu verras. Toute façon tu peux toujours le faire à ta manière pour rendre ta conscience plus tranquille et la quantité d'huile moindre.

Pourquoi 'mal m'en pris'? Parce que je voulais me reposer pour le départ du lendemain (lever 5 h 30 et retour 20h) au lieu de m'énerver à la bière et rentrer saoul, et dormir malade, mais au final je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit...Comme beaucoup de Vendredi avant une rando.

(Je peux rajouter à ma carte : Fait des randos même dans un état de fatigue avancé)

Passons.

Harrison Hot spring est la ville près de la rando...160 km pour s'y rendre

Samedi c'était une rando de 18 km, 900m d'élévation, 7 heures de marche, qui s'appelle Bear Mountain.

J'y ai été accepté au dernier moment car l'organisatrice m'a prise en grippe.

J'ai un pote (plus ou moins), Miguel, qui y avait été accepté directement du fait qu'il conduise et qui a demandé à Hedda (l'organisatrice) de me rajouter avec des arguments à la clef (lesquels? Je sais pas).

Elle a dû être effrayée car elle ne voulait pas d'une ambiance 'festive' pour sa rando mais tout simplement profiter de la nature. Bref, en gros, elle a eu un préjugé sur moi à cause du geste honorable de Miguel. Un peu vexée, j'ai juste 'Bear' l'affront et préparé dans mon coin, ma sortie du Samedi. Un imbécile s'est décommandé à la dernière minute et j'ai eu la place (Yes). Oui j'appelle ça un imbécile. Ce genre de personne a une place et n'est pas capable d'aller jusqu'au bout au détriment des autres qui espèrent, en face de leur ordi, faire cette rando (Oui, c'est moi).

Donc, mes buts durant cette rando, c'était de lui prouver qui j'étais et de voir des ours. Au final, mes buts sont devenus : apprendre le plus de choses possibles sur les plantes qu'Hedda nous présente, et finir la rando sans me casser la hanche.

Red Colombine, l'unique source d'eau de la montagne (au début de la rando) et un mobile canadien porte d'entrée au sommet de la montagne.
Red Colombine, l'unique source d'eau de la montagne (au début de la rando) et un mobile canadien porte d'entrée au sommet de la montagne.Red Colombine, l'unique source d'eau de la montagne (au début de la rando) et un mobile canadien porte d'entrée au sommet de la montagne.

Red Colombine, l'unique source d'eau de la montagne (au début de la rando) et un mobile canadien porte d'entrée au sommet de la montagne.

Hedda, l'organisatrice de 73 ans (et on ne dirait pas), connait la plupart des plantes qui passent notre chemin.

J'en connais quelques unes du fait de mon passé en Prépa, mais les endémiques sont toutes aussi intéressantes pour moi. Sans compter les anecdotes sur.

Entre autre, et si vous voulez voir la tronche des plantes, juste Copier/coller le nom et Googlisez-le.

Le Gaillet Graton est servi comme paille à matelas quand paille il n'y avait pas. La plante est sêchée et est mise dans le fourreau du matelas de la même manière que la paille. Bon à savoir pour les DIY (Do it Yourself : Fais le toi-même (pour la mamie)).

L'Achlys triphylla ou sinon la Deer's foot Plant (le pied de Daim) était utilisé comme un désodorisant dans les tipis des amérindiens.

Ca c'était pour votre culture G.

(Non-propriétaire des photos) Au sommet, pause relaxante et fun (photo encore à venir), sur le chemin, juste des branches et du fun encore.(Non-propriétaire des photos) Au sommet, pause relaxante et fun (photo encore à venir), sur le chemin, juste des branches et du fun encore.
(Non-propriétaire des photos) Au sommet, pause relaxante et fun (photo encore à venir), sur le chemin, juste des branches et du fun encore.(Non-propriétaire des photos) Au sommet, pause relaxante et fun (photo encore à venir), sur le chemin, juste des branches et du fun encore.

(Non-propriétaire des photos) Au sommet, pause relaxante et fun (photo encore à venir), sur le chemin, juste des branches et du fun encore.

Je peux enfin comparer la rando à une française. Le chemin est...un chemin. Non pas un sentier ou un truc qu'on essaie de suivre, escarpé, au travers de la forêt. Un chemin. Comme les sentiers de rando en France. Bref. La surprise.

Le chemin, donc, suit les flancs de Bear Mountain jusqu'au sommet (où le traditionnel sentier canadien réapparait) sans cesser de monter. Ce n'est pas raide, c'est juste endurant. Si les canadiens jugent ce chemin ennuyeux, moi, je trouve à dire que je peux papoter avec tout le monde sans être à court de souffle. Monter est donc un plaisir. Et plus nous continuons le chemin, plus nous nous trouvons dans des branches qui ont inondé le chemin. J'en ai bouffé de l'épicéa, de l'hêtre ou du bouleaux et d'autres arbres caduques.

Sans compter qu'avec le soleil radieux, l'air était sec. Et donc le sol un fabuleux accumulateur de chaleur. Et donc des odeurs amplifiés partout (y compris celles des cacas d'ours) un peu comme le parfum sur notre coup se déploie quand on a chaud. Je retiendrais l'odeur très sucrée des cèdres dont j'espère un jour vous aurez la possibilité de sentir et celle du sous-bois craquant fraiche et terrestre.

La vue est splendide et superbement dégagé sur les montagnes (et glacier) presques américaines en face et sur la Fraser Valley avec un peu plus d'habitation et d'activité humaine. C'est ici que nous lunchons, et que nous profitons du soleil. et que nous faisons les cons Miguel et moi (mais de manière sécurisée et respectueuse).

La descente est épuisante, principalement à cause de mon manque de sommeil mais aussi car des muscles, nouveaux, aux niveaux des hanches, ont décidé d'exister, rendant chaque pas une épreuve douloureuse.

Ces muscles ont même décidé de me rendre vieille, c'est limite si j'ai besoin d'un fauteuil roulant.

M'enfin.

Nous terminons la rando (qui est un aller/retour) dans l'ancien et abandonné entrepôt de la mine d'or ou vous pouvez me voir en train de faire la grippe-sous avec les forages de pierres.

J'avoue que ces pierres, j'avais bien envie de les smasher dans la face d'une colombienne que je ne peux décidément pas supporter de près. Surtout quand elle me coupe la parole (ce qui est un truc à ne pas faire avec moi) pour dire un truc superficiel. Là, l'envie féroce me prends.

Si j'ai décidé de pas la supporter, c'est surtout car elle est d'une superficialité agaçante...et scotchée à son téléphone. 2 mauvais points qui peuvent gravement enfoncer les gens dans mon collimateur. Bref, je vais pas m'étaler, j'ai juste appliquer le 'Bear it' et me suis tenue le plus loin possible d'elle.

Beaucoup de photos présentées ici, sont d'autres personnes : ils avaient un appareil photo beaucoup plus enclin à saisir la beauté du paysage et à saisir la spontanéité du moment.

Picsou (et autres photos à venir)

Picsou (et autres photos à venir)

Commenter cet article