Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Among Other Trees

Un blog sur mon quotidien à l'étranger - My Blog on my daily life abroad

Canada : 3, 2, 1...Cheeeeeeese....Cake!

Publié le 19 Avril 2015 par Bobbie in Canada, Activité, Rando, Bouffe, HangingOut, Culture

Stawanus Chief

Hola People!

Un article écrit en pleine forme avec un mental d'acier ! (Les photos sont là, mais il en manque encore....rooooh faudra revenir !)

Il est en effet 19 heures à Vancouver, un verre de pinard près du clavier, je viens de rentrer d'une randonnée qui restera scellée dans ma mémoire !

Pour commencer, elle est dans le coin de Squamish, 11 km, 400 m d'élévation (mais c'est un mensonge (y a plus !)) et trois étapes pour un total de 5 h 30 de marche (avec facilement 1 heure de pause). La randonnée que j'ai faite est Stawanus Chief. Très célèbre, elle a 3 sommets qui se font en grimpant et grimpant encore avec le choix de revenir sur ses pas pour retourner à sa voiture ou de faire la boucle. Aujourd'hui fut un fabuleux jour ensoleillé où tout le monde a décidé de faire Stawanus. Le chemin était...blindé. Mais commençons depuis le début.

Le groupe avec lequel je suis partie avait convenu qu'une partie ferait seulement le premier sommet (le plus fréquenté), et un plus petit groupe ferait les 3 (parce qu'ils sont des warriors...(Je suis une Warrior). Nous commençons le chemin tous ensemble et nous séparons à la première fourche de la rando. Moi, Rob et Marc allons faire les 3 pics...dans l'ordre du 3e en premier, puis le 2nd, puis le premier...C'est à dire que nous prenons un autre sens à cette randonnée, et sans doute le meilleur.

La randonnée est éprouvante que cela soit la montée ou la descente, et les deux chemins que nous avons suivi. Pour atteindre le 3e sommet, nous prenons un sentier moins fréquenté (voire par du tout puisque nous étions les premiers), très agréable au début, et plus traitre en général. Ce sentier de terre confortable disparait en effet dans un éboulis de pierre sur 2 ou 3 km et je soupçonne l'endroit d'être un ancien petit glacier ou quelque chose de ce genre. Pensez également à l'élévation. Voilà le contexte. Mais être entre deux falaises, sans un bruit autre que nos souffles et quelques conversations, c'était juste un privilège.

C'est là où je vois mes premières limites. Je ne suis pas aussi endurante que mes deux coéquippiers qui filent à la vitesse de la lumière (je suis surtout impressionnée par Marc, qui court à moitié comme un ninja de Naruto (sérieusement!)). Je grimpe, mais plus lentement. Plus difficilement aussi. Il faut choisir ses pas, son chemin et se hisser sur les rochers qui sont de tailles inégales, de postures variées, et de stabilité incertaine. Néanmoins, cher lecteur soit assuré que le chemin est tout à fait dans les registres et entretenu (parfois, tu crois voir des escaliers parmi les pierres, et puis il y a toujours les 'flashs' qui t'indiquent le chemin). Et je dirais même que cette voie est la meilleure (t'as qu'à lire pour savoir pourquoi).

Nous atteignons le premier sommet (qui est en fait le 3e) à 11 heures et quelques. Personne sur le pic si ce n'est nous et un soleil monstrueusement magnifique. Le paysage est magnifique : un panorama de 380° sur les montagnes alentours avec de la neige, sur un roc d'un lissage dont les chirurgiens esthétiques seraient verts.

Third Peak!
Third Peak!

Third Peak!

Nous lunchons ici, dans la tranquillité, puis nous retroussons un peu le chemin (vive le toboggan !) jusqu'à retrouver le chemin principal qui vient du premier et second pics.

Nous confondons le second pic avec son extension, mais là aussi, c'est une bénédiction. personne pour nous déranger et une falaise de 2100 pieds rien que pour nous. Sauter au dessus d'une faille, puis s'approcher du bord est d'un frisson quasi extatique. Rob et Marc sont moins à l'aise que moi et se tiennent en retrait du bord pendant que j'avance en rampant. La vue sur le vide est grisante.

Je ne tente pas trop le diable et retente la vue sur le vide une centaine de mètre plus loin où le rebord est un peu plus confortable et sain que le précédent.

Angle : Plongé sur le vide, Emotion: Frisson, Serenité et Partage
Angle : Plongé sur le vide, Emotion: Frisson, Serenité et Partage
Angle : Plongé sur le vide, Emotion: Frisson, Serenité et Partage
Angle : Plongé sur le vide, Emotion: Frisson, Serenité et Partage

Angle : Plongé sur le vide, Emotion: Frisson, Serenité et Partage

Nous atteignons le second pic, un peu plus fréquenté et faisons une courte pause avant de continuer. Nous avons encore le premier pic à faire, et il faut faire un certain détour pour y accéder.

La première épreuve fut à cause du monde. Stawanus Chief a des passages étroits, qui nécessitent aussi l'usage de chaines et d'échelles. Cependant, le risque est presque moindre comparé à la randonnée d'High Fall Creeks que j'ai faite plus tôt. Ces étroits passages sont donc des lieux de goulots où ceux qui montent attendent et ceux qui descendent aussi. Un peu comme un feu de signalisation.

Rob hésite et préfère retourner sur nos pas (donc prendre le même chemin cahoteux que pour monter). Marc est indécis, et moi je sens que Non, c'est meilleur de passer par là.

Première raison est : je veux utiliser des chaines et des échelles (très égoïste, n'est-ce pas)

Deuxième raison : je me sens découragée de reprendre le même chemin de la montée ( Ca aussi c'est égoïste, non?)

Troisième raison : c'est plus rapide par là, même si en ce moment, c'est un peu le fouillis ( Ici, c'est logique)

Même si je ne les mentionne pas pour convaincre mon groupe, je profite de l'occase qu'un groupe nous précédant se met à descendre pour les suivre. Nous ne sommes que 3 après tout.

Croiser les gens qui attendent pour monter est une autre paire de manche. Certain préfèrent faire un pont humain et user de la clef de voute pour passer aux dessus des patients, d'autres, comme moi, useront de leurs longues jambes et le mur (c'est à dire que je faisait la limace sur le mur pour avancer, et mes jambes pour enjamber les gens) pour passer l'étape.

LA seconde épreuve, c'est la raison pour laquelle je suis contente d'avoir commencé par le 3e sommet : ce sont des escaliers. En pierres, ou parfois en terre, ou mieux en bois et d'une longueur égale. Mais les marches de pierres, elles, elles ne sont pas du tout égales entre elles. Si bien que parfois, tu peux t'accroupir pour atteindre une autre marche, ou tenir un arbre pour mieux appréhender la descente.

Voyez la descente...

95 % des randonneurs s'en infligent la montée. Je pense que je n'aurais pas tenu le coup si on avait choisi cette voie normale. C'est tellement éprouvant, physique, raide, irrégulier, que mes chevilles ont un instant voulu rester sur place et me dire :

" Démerdes-toi cocotte, nous, nous nous risquons pas dans ce truc périlleux".

Par ailleurs, j'ai à plusieurs reprises eut la sensation que j'allais trébucher d'épuisement, heurter une racine ou une pierre, me tordre la cheville à cause de la manière dont je l'avais posé...mais non. Peut être que l'entrainement des randonnées précédentes porte ses fruits ?

Du 2nd au 1er Pic, des échelles et chaines! Enfin!
Du 2nd au 1er Pic, des échelles et chaines! Enfin!
Du 2nd au 1er Pic, des échelles et chaines! Enfin!

Du 2nd au 1er Pic, des échelles et chaines! Enfin!

Toujours est-il que nous atteignons le détour qui mène au premier sommet.

Là...je remercie profondément Marc et Rob d'être aussi motivés, et de ne pas m'avoir demandé mon avis. Parce qu'honnêtement, j'en pouvais plus. Motivée à mon tour par leur énergie, je les suis avec défi (par contre ce n'est pas le cas de mes cuisses qui ont protestées plus que violemment lorsqu'elles ont appris qu'il fallait à nouveau grimper).

Mine de rien, l'accès au sommet est plutôt rapide. Et c'est aussi l'occasion de voir à quel point le premier pic est le plus fréquenté. Des enfants, des gens en Jeans sont au RDV. Tout comme les Tamias (alias les Chipmunks (Il existe même un dessin animé sur eux !)). J'étais boudeuse au 2nd sommet quand j'en ai vu un mais juste quelques secondes (attendez, j'en avais jamais vu des sauvages avant! (et je ne crois pas en captivité non plus)). Mais là ça pullulait ! Pas farouche pour un sous, il s'approche dès que tu leur balances quelque chose digne de leur intêret (à savoir une cacahuète). Et là, j'étais plus enfantin que les enfants à côté de moi. Bref, j'ai eu mes clichés, je suis contente, et puis j'ai fait une micro bonne action en donnant deux cacahuètes aux enfants qui tentaient aussi de le prendre en photo...(et l'un deux qui revient me dire en souriant: il a mangé ta cacahuète ! (Parfois, mon mépris pour les enfants est inexistant, je sais....)). Faut dire aussi que leur mère m'avait spontanément complimenté sur mon association tronche-bob (merci Uncle !) qui était un parfait "match". Considérer ça comme un "merci" que comme un acte de bonté...Surtout que j'ai dit vouloir être plus méchante.

M'enfin, voilà. La randonnée est officiellement complétée. Reste à redescendre. Redescendre ces marches. (J'ai horriblement mal aux jambes malgré tous les soins que je leur ai administré (massage à l'huile d'arnica à deux des sommets, massage à la Kwann Loong Oil après la douche).

Honnêtement, ce n'est pas une randonnée facile. J'ai cru plusieurs fois que mon coeur allait lâchée (surtout quand j'avais la tête dans le vide), le nombre de micro-pauses qu'il me fallait sont indénombrables, et la sueur que j'ai pu perdre...indénombrable aussi.

Je tiens à faire le top trois des absurdités que j'ai pu rencontrer lors de la rando :

- Les gens qui vont dans la nature pour faire cracher la musique de leur Iphone en pleine rando. Sérieusement? Je vais pas m'épancher dessus, je risque de les écorcher vivant.

- Les gens qui traient un rat-chien sur une rando éprouvante (Une horreur de la nature en moins puisqu'il est destiné à clamser avant d'avoir atteint le premier pic)

- Les mamans qui ont leur bébé avec elles. (Fait Divers : Une mère tue son bébé en trébuchant sur une racine et tombant sur plusieurs mètres sur des pierres anguleuses (très mauvais titre, je sais)). Sérieusement ? La responsabilité elle est où? Dans ton C*l?

Néanmoins, je fus accompagnée par 2 mecs sensationnels, d'une sympathie énorme et d'une énergie débordante. Nous avons parlé de tout et de rien et partager surtout un moment exceptionnel où nous étions tous les 3 sur la même longueur d'onde. J'ai découvert comment Rob avait été ému quand il avait été sur les plages de Normandie où le débarquement (D-Day) a eu lieu et j'ai compris que c'était un fait marquant de l'histoire Nord Américaine. Il en parlait avec émotions et avec douleur d'imaginer un tel massacre.

J'ai eu également une approche de la reconnaissance des Canadiens envers les Jeux Olympiques de Vancouver.

Apparemment, ils n'étaient pas à ce point motivés par cet évènement jusqu'au jour de l'ouverture ou KD Lang a chanté Hallelujah. Cela aurait déclenché un élan de patriotisme, plutôt rare chez les canadiens' qui s'est manifesté par une nouvelle frénésie dans la vie, un support de la patrie par les drapeaux. Le plus drôle a été quand Marc a mentionné que lorsque l'équipe de Hockey remporta l'or, même les mamies chinoises qui ne parlaient pas un mot d'Anglais faisaient des High-Fives dans la rue !

Pour finir, Rob me parle également de Cartogo, une voiture que tu payes à la minute une fois inscrit. Tu prends la voiture (sorte de Voiturette qui ressemble à celle limitée à 50 km/h en France), et tu la laisses où tu veux. Y aura sûrement un autre abonné qui la prendra d'ici 1 journée ou deux. Ce système est magique. Vraiment. Elle est où notre avancée en France ? EN parlant de ça quand j'ai lu un article Canadien sur 'Paris, Capitale du monde de l'usage du Vélo", j'ai hurlé de rire.

 (oooooouh que c'est mignon)

(oooooouh que c'est mignon)

KD Lang, une fameuse chanteuse Canadienne

Je termine sur une note Gourmande.

D'abord parce qu'on a fait une pause dans un bar/restaurant populaire pour un petit plaisir bien mérité !

Pour ma part, ce fut encore un Cheese Cake, dont la forme m'a agréablement surprise : le goût du Cheese Cake, sans sa lourdeur. Pour Rob et Marc, des tacos. Chauds ! Avec du fromage fondu dessus ! Pas si mauvais que ça =)

Pour ceux qui me l'ont fêté, je les remercie encore...pour ceux qui vont réagir après la lecture de cet article, pitié, pas d'excuses...Je m'en fiche...Mais jeudi fut mon Anniv'...et j'ai décidé de me le fêter par mes propres moyens. A savoir :

Saumon sauvage du Pacifique Pôché à la sauce Irlandaise avec un Shiraz ( Vin rouge de Colombie Britannique) et ma foie...Je m'embrasse.

Repas de Birth, CheeseCake Tuerie et divins Nachos (p*tain qu'est ce que c'est bon !)
Repas de Birth, CheeseCake Tuerie et divins Nachos (p*tain qu'est ce que c'est bon !)
Repas de Birth, CheeseCake Tuerie et divins Nachos (p*tain qu'est ce que c'est bon !)

Repas de Birth, CheeseCake Tuerie et divins Nachos (p*tain qu'est ce que c'est bon !)

Commenter cet article